LOISIRS

Lors de leur premier concert (en compagnie déjà de leurs copains Myra Lee), Loisirs possédait un son, une identité musicale qui leur était propre, bien loin d’une éventuelle pâle copie d’un genre qu’ils auraient cherché à reproduire ? ! Un split 7’’ plus loin,

« glamoroso » fait plus que confirmer cette première impression. Ce premier album sait coller avec un certain bonheur à l’humeur du jour, tantôt jovial et hystérique, il peut tout aussi bien être perçu comme une décharge de rage et de sombres sentiments, sans qu’on sache pourquoi ? !

 

Loisirs c’est aussi une somme d’influences dont la liste intégrale n’aurait quasiment aucun sens ici. Malgré tout, il est difficile pour moi de ne pas penser aux élans guitaristiques de Native Nod (pré Van Pelt), de Drive Like Jehu, de Navio Forge ou de Fugazi. La basse peut renvoyer aux jeux groovy, puissant et discret d’Hoover ou de Sleepy Time Trio. La batterie, pas assez percutante sur le disque, joue son rôle de machine à rythmes soutenus qui sait souligner là où il faut, quand il faut, les changements d’ambiances et appuie les breaks avec classe.

 

Le clavier vintage doit autant au minimalisme post new wave de Trans Am ou de Milemarker qu’aux gimmicks ultra entraînantes de the Robocop Kraus. Collé l’un à l’autre, le duo clavier guitare ainsi que le duel des deux voix prennent alors toutes leurs ampleurs entre fureur et mélodies. Mais au-delà de ces références assez réductrices, le quatuor surprend par une présence musicale, une énergie et une sincérité redoutable tout le long de ces onze titres intenses. Dans un esprit assurément plus

« pop », la musique de Loisirs n’est pas très éloignée de certains « plans » des cruciaux the VSS, Shotmaker, Kurt ou de Song of Zarathustra.

 

Loisirs sait diriger son entreprise sonore avec le petit truc en plus qui fait que…ça claque sévère ! Et pour l’avoir écouter sur la longueur, j’avoue n’avoir pas encore réussi à m’en lasser après de multiples écoutes ! ! Et c’est peut être comme ça qu’on apprécie le plus « glamoroso »… dans le temps. C’est l’autre très bonne surprise de ce premier album réussi !

Noir%20PNG_edited.png